Magasin

Épaule – syndrome de la coiffe des rotateurs

conflit-coiffe-rotateurs-osteopathie-1
Six séances (à une semaine d’intervalle) d’Adhésiolyse Manuelle Dynamique ® suffiraient à traiter 80% des patients. Les patients résistants auraient soit: une capsulite rétractile, un problème métabolique (perturbation du système d’auto-guérison et fabrication de « colle »), une lésion chirurgicale passée inaperçue. En cas de synovite, une infiltration préalable est souvent nécessaire, car l’inflammation agit comme de la « glue » et les adhérences se reforment en 1 ou 2 jours, au lieu de 7.
La plus grande difficulté est de faire comprendre au patient que son « néo » tendon guéri est comme un « bébé » tendon et qu’il doit l’adapter (et non le réadapter) progressivement – comme s’il sortait d’une opération chirurgicale -, tout en corrigeant sa posture debout et assise.

(Ancienne vidéo – qualité amateur en attente du film pro)

Trois facteurs déclenchant habituels

1. Sportifs et travailleurs manuels: sursollicitation de l’épaule causant micro-saignements ou œdèmes qui ne sont pas résorbés et font « colle » → cercle vicieux (adhérences → décentrage musculaire → contractures → fibrino-formation → adhérences des muscles environnants dysfonctionnant à leur tour »…
NB: Le conflit de l’Infra-épineux se constate surtout en antépulsion basse + rotation médiale (fin de smatch).
2. Chute sur l’épaule → saignement mal résorbé → adhérences musculaires… souvent associé à une arthrose de l’articulation acromio-claviculaire avec hyperlaxité multidirectionnelle (penser aux entorses acromio-claviculaires négligées). L’instabilité inférieure de la clavicule est aggravée par la contracture du muscle Sub-Clavier qui abaisse le bord latéral de la clavicule lésant progressivement le Supra-spinatus (cf Instabilité acromio-claviculaire, «Test de Wagner»).
3. Position assise prolongée: enroulement des épaules vers le haut et l’avant (attention aux sports musclant trop les muscles antérieurs de l’épaule, sans les étirer). Dans ces cas, après guérison, il faut rééduquer la posture (assise et debout) sous peine de récidive.

Hypothèse de base

Pour nous: 2 structures qui se croisent ou glissent l’une sur l’autre (muscles, tendons, ligaments, capsules) peuvent adhérer entre-elles. L’adhésiolyse Manuelle s’intéresse d’abord aux contractures et adhérences des muscles environnants les tendons de la Coiffe.

epaule2

5 grandes causes mécaniques de décentrage de la Tête Humérale (TH)

→ Piégeage de la Coiffe des Rotateurs entre Tête Humérale et Acromion ± Ligament Acromio-Coracoïdien ± Coracoïde:
1. Élévation de la Tête Humérale par les contractures-adhérences des Deltoïdes ❶± Coraco-Brachial et Court Biceps.
2. Abaissement de l’Acromion par les Elévateur de la Scapula ❷, Rhomboïde inférieur – plus que le supérieur – (bascule l’angle inférieur de la scapula en dedans vers T6-T7) et souvent par des adhérences du Long Triceps ❹ et du Grand Dorsal. La contracture du Petit Pectoral abaisse l’acromion et peut adhérer au Grand Pectoral et au Coraco-brachial.
3. Malposition antérieure de la Tête Humérale + rotation médiale par adhérences du Grand Pectoral (GP) ❸ Grand Pectoral = prolongement inférieur de la gouttière du Long Biceps et passe en pont du Court Biceps et Coraco-Biceps auxquels il peut adhérer (le Coraco-Brachial est fléchisseur, mais en contraction simultanée avec le Long Triceps élévateur de la Tête Humérale). Les adhérences du Sub-Scapulaire décentrent médialement le Coraco-Biceps, Court Biceps et Long Biceps (car le Sub-scapulaire renforce le Ligament Transverse Huméral qui maintien le Long Biceps). Le Ligament Transverse Huméral adhère souvent au Long Biceps (les 2 insertions du Ligament Coraco-Huméral est le prolongement supérieur de la gouttière du Long Biceps, en le recouvrant dans sa partie intra-articulaire).
4. Rotation médiale de la Tête Humérale possible par adhérences du Teres Major souvent associées à celles du Long Triceps ❹ et du Grand Dorsal.
5. Subluxation inférieure (en abduction) de la clavicule latérale par adhérence du Sub-Clavier ❺ et du chef supérieur du Grand Pectoral.

epaule5
epaule6
epaule7

Traitement Ostéopathique des lésions de la Coiffe des Rotateurs

douleur epaule osteopathie montpellierJe trouve (cette opinion n’engage que moi) inutile de renforcer ou assouplir des muscles rétractés par les adhérences pour repositionner la tête humérale dans la glène (en bas, en arrière et en rotation latérale), au risque parfois d’aggraver les douleurs. Car je pense que le recentrage ne tiendra pas longtemps (effet « ressort »). De même, inutile de traiter les dysfonctions vertébrales des myotomes atteints (C1-C3: élévateur de la scapula, C7-T1: petit rhomboïde, T2-T5: grand rhomboïde…) sans avoir auparavant relâché les muscles en cause. En effet, si les muscles restrent contractés, les dérangements inter-vertébraux récidiveront probablement par « effet ressort ».

1. Le recentrage de la Tête Humérale est facilité par la libération inter-fasciale des muscles favorisée par l’Adhésiolyse Manuelle Dynamique préalable du Trapèze.

Ensuite Adhésiolyse (il n’y a pas d’ordre) des:
❶ Deltoïdes (puis Supra et Infra-spinatus) antérieur, moyen, postérieur. ❷ Elévateur de la Scapula + Rhomboïde Inférieur et Supérieur. ❸ Grand Pectoral , puis Sub-scapulaire, Petit Pectoral, Coraco-Biceps, Court Biceps et Long Biceps. ❹ Sub-Clavier + chef supérieur du Grand Pectoral. ❺ Long Triceps + Teres Major + Grand Dorsal
2. Suivi d’un strapping ou mieux Ktaping (confection inédite) pour centrer les muscles évitant qu’ils se «recollent».
3. Le port d’une orthèse souple (type celles des rugbymen) lors des activité soulage grandement.

Rééducation de la posture (des pieds à la tête)

Dès la 1ère séance d’Adhésiolyse Manuelle, l’épaule est libérée et les tendons coiffe lésés peuvent enfin commencer à cicatriser (6 semaines voire plus si lésion transfixiante).
Le patient s’auto-manipule, limite les gestes quotidiens douloureux et apprend les mouvements les moins douloureux (coudes près du corps).
Étirements de l’épaule postérieure et surtout antérieure (maximum de rétractions), sans appuyer sur sa face latérale.
Pour que ces étirements soient peu douloureux, le bras doit rester le long du corps.
L’auto-rééducation active indolore est extrêmement dans le but de corriger la posture complète: en effet, les épaules ne peuvent se placer correctement que si la tête et le bassin sont bien placés. Ensuite, toutes les méthodes de rééducation classiques qui seront alors pleinement efficaces (Mezière, Reprogrammation Posturale Globale…).
Stretching et Renforcement « coudes au corps »: l’encadrement de la porte; « barre arrière », « Frottement du dos »; « Étirement du lion »; avec des livres sous la tête pour éviter l’extension cervicale + tortue ninja + manche à balai, puis poids progressifs; « L’ours qui se redresse », barre dans les mains; « Boxe » (directs et coups droits) puis contre résistance (élastiques…); Rameur…; le « torche », « l’araignée »…
Puis, il est temps d’attaquer les éducatifs en vue de refaire des Pompes et Tractions, marquant la fin de la réeducation.

Pistes prometteuses (par analogie avec certain coudes, genoux, chevilles):
Récemment, en échographie, J.-P. JOURDAN porte attention aux micro-cristaux en regard de zones douloureuses résistantes à l’Adhésiolyse manuelle (exemple : gaine du Long biceps). L’amélioration peut survenir lors d’une Adhésiolyse opposée : « comme si » on éloignait et dissolvait ces irritants du cartilage, nerfs ou fascias restant « collés ». L’échoscopie montre des changements immédiats (à comprendre). L’Adhésiolyse écraserait-elle ces cristallisations « mal placées » sur les tissus lésées, entretenant les micro-érosions ? La manipulation inverse semblerait alors la plus adaptée.

Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://osteopathie-adhesiolyse.com/articulations/epaule/">
YouTube
LinkedIn
Twitter